Imaginer l’avenir de l’étang d’Amaury, joyau vert du Valenciennois

La Voix du Nord, le 28 août 2019 | 0 commentaire

etang amaury.jpg

Au bout d’une route cabossée, un bâtiment à l’ossature bois vous propulse illico dans les années 1980. S’il accueille encore aujourd’hui des groupes d’enfants, le centre d’éducation à l’environnement du parc naturel régional Scarpe-Escaut (PNR) est resté dans son jus. « Il est toujours aux normes, mais nécessite d’être renouvelé », concède Grégory Lelong, président du PNR. Plus globalement, c’est tout l’avenir du site, refuge d’une biodiversité exceptionnelle, qui nécessite aujourd’hui réflexion.

« Il y a encore vingt ans, les étangs de notre secteur étaient plutôt tournés vers la pêche et la chasse. » C’est encore le cas aujourd’hui sur l’étang d’Amaury – géré par convention avec les fédérations locales – qui abrite notamment seize huttes. Seulement une nouvelle forme de tourisme s’est développée depuis, axée autour du vélo, de la marche, de la rando. « Le positionnement de la population change, et nos sites ne sont pas nécessairement bien équipés pour permettre aux gens de se les approprier. »

Un destin lié à l’étang de Chabaud-Latour

Impossible en effet de faire le tour de l’étendue d’eau (60 hectares), ou d’imaginer y passer la journée. « Il n’y a pas de toilettes, pas de stationnement approprié », indique Grégory Lelong qui, s’il reconnaît la nécessité de plancher sur l’avenir du site, écarte tout net l’idée d’une base de loisirs ou d’un environnement bétonné. « Le tourisme de masse, ce n’est pas notre intérêt. »

Le destin d’Amaury, quoique différent, semble étroitement lié à celui de Chabaud-Latour. Pourquoi pas via le canal du Jard, lien direct entre les deux lacs ? Quels loisirs nautiques ou pédestres développer, quelles infrastructures imaginer pour que cohabitent nature et usagers ? Comment faire en sorte que le site d’Amaury, victime de dépôts sauvages, reste propre et soit respecté ?La Voix du Nord, sensible au sujet, lance un appel à tous ceux qui souhaitent participer à la réflexion. Vos idées ou suggestions sont les bienvenues.

Adresser vos idées, suggestions, remarques, souvenirs en commentant cette publication ou à  [email protected]