« La Voix du Nord » a remis à la rectrice ses propositions contre le harcèlement scolaire

La Voix du Nord, le 29 janvier 2020 0 commentaire

B9722389137Z.1_20200129090720_000+GC8FDAQOE.2-0.jpg

Être un acteur utile à la société et défendre des causes dans la région. C’est, depuis le printemps dernier, le projet d’entreprise « Nouvelle histoire » de La Voix du Nord. La lutte contre le harcèlement scolaire constitue la première campagne d’engagement du journal, parrainée par Nicola Sirkis le chanteur d’Indochine. Lancée en septembre, elle a mobilisé un groupe de journalistes dédiés et a donné lieu à une enquête approfondie sous forme de reportages dans le Nord et le Pas-de-Calais.

« Ne pas baisser la garde »

Ce travail a débouché sur huit propositions, débattues avec des experts de l’Éducation nationale. Elles ont été remises ce mardi à Valérie Cabuil, rectrice académique de la région, par Gabriel d’Harcourt, directeur général de La Voix du Nord, et Benoît Deseure, rédacteur en chef adjoint. Jonathan Destin, qui a tenté de se suicider en 2011 à Marquette-lez-Lille après six années de harcèlement, était également présent. Après avoir salué l’action de notre journal, Valérie Cabuil a rappelé que le « harcèlement scolaire est un sujet sur lequel il ne faut jamais baisser la garde. »

La rectrice a passé en revue l’ensemble de nos préconisations. Certaines feront l’objet de mesures rapidement. Par exemple, à la prochaine rentrée de septembre, une page d’information sur le harcèlement scolaire sera incluse dans les documents de liaison des élèves de la région. La désignation d’une personne référente contre ce fléau, ce qui n’est pas le cas partout aujourd’hui, sera aussi rappelée aux chefs d’établissement.

« Ce n’est pas qu’un coup de projecteur, ces actions n’ont d’intérêt que si elles s’inscrivent dans la durée. »

Autre décision, afin de suivre l’évolution de la problématique, publier les résultats d’une enquête sur le climat scolaire menée chaque année dans l’académie. Enfin, Valérie Cabuil souhaite généraliser dans les écoles primaires des dispositifs d’élèves médiateurs. D’autres initiatives sont déjà prévues par l’Éducation nationale, comme la formation de tous les encadrants des jeunes au harcèlement.

La Voix du Nord va continuer à suivre de près ce sujet. « Ce n’est pas qu’un coup de projecteur, ces actions n’ont d’intérêt que si elles s’inscrivent dans la durée », a souligné Gabriel d’Harcourt. Nous allons ainsi cette fois nous rapprocher de l’enseignement privé: les propositions seront remises aux directeurs diocésains.