Réunion publique à Lille: « Prenez parti de façon constructive »

lille.jpg

Par Stéphanie Fasquelle

Vous étiez une petite vingtaine de lecteurs à avoir accepté ce rendez-vous destiné à se poser ensemble cette question : à quoi sert le journal ? Le débat, arbitré par Gabriel D’Harcourt, directeur général de la Voix du Nord, et Patrick Jankielewicz, rédacteur en chef, est parti très fort. Un lecteur historique a confié attendre de nos articles une forme de « neutralité » ou de « prudence », et un autre, plus jeune, lecteur « digital » (sur internet), a rétorqué que la neutralité n’existait pas et qu’un journal devait « prendre parti de façon constructive ». Le décor était planté. Car la Voix du Nord, fière de ses 75 ans, veut s’appuyer sur ses fondamentaux et la qualité de ses journalistes, pour à présent écrire une nouvelle histoire, prendre la voie de l’engagement sur certains sujets forts.

Pas facile d’écrire une « nouvelle histoire » en tenant compte de ces lecteurs nostalgiques d’une certaine époque, celle où « le journal mythe, c’était quelque chose, on mettait sous verre des pages qu’on accrochait dans la maison », et ceux qui nous ont encouragés, ce vendredi soir, à prendre le taureau par les cornes. « Tenez compte de ce que les jeunes veulent lire, eux veulent un journal engagé », a insisté cette fidèle lectrice, également correspondante locale de presse. En filigrane aussi, la « confiance » que les Français accordent à leurs médias, le temps consacré chaque jour à la lecture du journal qui se réduit…

Parmi les sujets que vous aimeriez voir davantage dans les pages et sur le site internet, vous avez évoqué l’actualité des villes autour de Lille et de Belgique, les décisions prises par vos élus, les thématiques emploi, social, environnement, et vie étudiante. Vous nous avez un peu bousculés et montré surtout que vous étiez prêts à nous suivre dans cette « nouvelle histoire ».