Campagne de lutte contre le harcèlement scolaire

Campagne de lutte contre le harcèlement scolaire

A partir du mois d’octobre, « La Voix du Nord » s’engage dans une action de grande ampleur contre le harcèlement scolaire. Enquête mais aussi actions auront pour but de briser la fatalité et le silence. Rejoignez-nous !

Ils s’appellent Jonathan, Emma, Paul ou Sarah. Ils étaient un peu « clowns », pleins de vie, timides ou malicieux. Ils voulaient devenir chanteur, professeur, docteur ou pompier. Ils allaient à l’école pour apprendre, grandir, jouer avec les copains. Ils sont devenus « la petite merde » qu’un SMS menace la veille de la rentrée. Celui qui se plie de douleur chaque matin, de peur de prendre le bus pour aller au collège. Celle qui passe toutes les récrés enfermée dans les toilettes du lycée. Celui qui, un jour, décide d’en finir en s’arrosant d’essence pour faire brûler un cœur trop meurtri.

Jonathan, Emma, Paul ou Sarah. Ils sont les visages d’une réalité qui frappent chaque année 10% des élèves. Ils sont les victimes du harcèlement scolaire, un torrent de souffrance, alimenté de silence, de tabou, de honte et de peur.

Et nous, dans tout ça ?

Nous sommes salariés de « La Voix du Nord ». Tous services confondus. Et nous avons répondu à l’appel de notre journal, qui a décidé de s’engager contre le harcèlement scolaire, d’en faire sa première cause après en avoir été tant de fois l’écho. Dès le mois d’octobre, nous ferons paraître une grande enquête avec pour but de dresser un état des lieux parce que comprendre, c’est prévenir. Nous irons voir ceux qui agissent. Nous livrerons des témoignages. Nous chercherons aussi et surtout des solutions.

Et vous, dans tout ça ?

Nous vous demandons à vous, qui êtes déjà dans ce combat ou qui voulez en être, de nous rejoindre pour que le 9 novembre, journée nationale contre le harcèlement, nous soyons La Voix, la voix de cette détresse silencieuse. Nombreux donc plus forts. Le dessinateur Bloz et le chanteur Nicola Sirkis (Indochine)   ont déjà accepté de nous soutenir dans cette campagne au côté de Jonathan Destin, jeune Marquettois brûlé à 72 % après s’être immolé et qui consacre déjà beaucoup de son temps à la prévention

 

De multiples actions sont en train de germer (affiches, débats, projections…). Il y en a certainement d’autres à imaginer. Il y a tant à faire, à dire… Nous ne serons jamais assez.

 

 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

Participer

Participants 54 Inviter